Patriotisme libéral et nation catholique: les prêtres libéraux dans la révolution napolitaine de 1820-1821

ANNO 58 2017
N. 3, LUGLIO-SETTEMBRE
Pierre-Marie Delpu pp. 545-571


L’article s’intéresse au rôle de politisation du bas-clergé libéral napolitain pendant la révolution de 1820-1821. Traditionnellement légitimiste, il est très largement représenté parmi les effectifs des révolutionnaires, mais son rôle a été sous-évalué par une historiographie traditionnellement intéressée à l’implication des militaires et des administrateurs, figures classiques des révolutions du XIXe siècle en même temps qu’acteurs du Risorgimento. Les sources policières produites par les autorités nationales ou provinciales mais aussi la très riche littérature mémorielle libérale insistent sur leur participation massive à la Charbonnerie, sur leur rôle dans la diffusion de la révolution par la prédication et par la messe. Leur double fonction de prêtres et d’instituteurs, promue par la politique religieuse du decennio francese et maintenue ensuite, y a très largement contribué, les rendant capables d’enseigner la révolution aux communautés locales. C’est donc leur rôle décisif d’intermédiaires de la révolution et leur place dans la mise en oeuvre de la convention politique libérale qu’on interroge à partir des cas des trois provinces d’Avellino, de Cosenza et de Salerne, celles pour lesquelles la documentation est la plus nombreuse. Ce processus s’inscrit dans une conception large de la communauté libérale comme « nation catholique », promue par la constitution de Cadix de 1812, et relève d’une lecture du corps social et politique partagée avec l’ensemble des États européens ou américains qui ont subi l’influence de ce texte autour de 1820. Le rôle politique du clergé donne ainsi à voir la formation d’une religion politique libérale qui trouvera ses prolongements dans l’évolution politique ultérieure du royaume.

Mots-clefs: politisation, patriotisme, clergé, carbonari, royaume des Deux-Siciles, révolution.

 

Liberal patriotism and catholic nation: liberal clergymen in the neapolitan revolution of 1820-1821

The paper aims to study the role of the politicization of the lower clergy during the Neapolitan revolution of the 1820-1821. Traditionally legitimist, the lower clergy is a widely-represented component of the revolutionary sphere, but its role has been neglected by previous works, which have shown more interest in the involvement of soldiers and administrators in the revolution. The national or provincial police sources and the very rich literature of liberal memoirs dwell instead on the massive participation of the Carbonari movement and their role in spreading the revolution through preaching and mass. Moreover, their dual function as priests and schoolmasters contributed to the politicization of the ordinary stakeholders, allowing Carbonari priests to teach revolution to the local communities. Their decisive role as intermediaries of the revolution and their role in the construction of the liberal political convention will be studied through the cases of the provinces of Avellino, Cosenza and Salerno, which are the most documented. This process was part of a broader conception, promoted by the 1812 Cádiz Constitution, of liberal community as a «Catholic nation». This vision of society and politics was shared with all the European and American states that came under the influence of that legislation around 1820. The political involvement of clergymen heralded the building of a liberal political religion, which was to have repercussions in the kingdom’s later evolution.

Keywords: politicization, patriotism, clergy, Carbonari, Kingdom of the Two Sicilies, revolution.


Vai alla scheda